La mystérieuse « maladie X » pourrait être la prochaine épidémie mondiale

La mystérieuse « maladie X » pourrait être la prochaine épidémie mondiale meurtrière, avertit l’OMS…

Préambule :

Ce long article est extrait d’un Topic du forum de discussion FDW qui existait il n’y a pas si longtemps que ça sur le Deep Web. J’ai trouvé le sujet intéressant d’autant plus que c’est un Post datant du 16/03/2018, issu de la catégorie : « Sciences formelles et naturelles ». Je n’ai pas supprimé les nombreux liens appuyant les dires des quelques protagonistes. (Il n’y avait pas tant de participants que ça et j’ai jugé utile de mettre les réponses bout à bout).

J’ai lu et relu ce topic qui nous annonce finalement la pandémie de coronavirus que nous connaissons et puisqu’il s’agit de prémonitions c’est normal que l’on puisse y voir des erreurs, mais ce qui est intéressent c’est surtout qu’on tournait finalement autour du pot et que des scientifiques se doutaient que quelque chose d’imminant allait se produire et que ce serait mondial.

Pourquoi recopier ce qui est déjà quelque part en ligne ?

Tout simplement parce que c’est issu du Deep Web et que ce n’est pas indexé. Le principal est que ça puisse être lu par le plus grand nombre.

S’il vous vient l’envie de commenter, gardez toujours à l’idée que ce n’est pas moi qui ai rédigé cet article mes d’autres personnes. Sachez faire la différence…


Comment peut-on craindre une maladie qui n’existe pas ? Il est tout à fait logique de s’y intéresser, ne serait-ce que par nos conditions de vie.

À tout moment, une pandémie mondiale potentiellement mortelle pourrait éclater et anéantir une grande partie de l’humanité. C’est en tout cas ce qu’a fait savoir l’OMS il y a quelques semaines. Elle parle aujourd’hui de « maladie X », une maladie contagieuse et mortelle, qui n’existe pas encore.

Nous ne savons rien d’elle. Simplement qu’elle pourrait être la prochaine épidémie mondiale, selon les experts de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Désigné sous le nom de « maladie X », ce mystérieux agent pathogène n’a même pas encore été découvert. Mais sa menace imminente et visiblement inévitable lui a valu une place sur la liste « la plus dangereuse » de l’OMS : un catalogue des futures épidémies potentielles contre lesquelles nous ne sommes absolument pas préparés. Mais comment une maladie qui n’a même pas été identifiée peut-elle être considérée comme une menace aussi sérieuse pour la santé publique ?

Imaginez plutôt la « maladie X » comme un espace réservé pour un risque contagieux que nous n’avons pas encore rencontré – mais qui est pratiquement certain. Une « inconnue » pour laquelle nous ne sommes pas encore préparés, mais face à laquelle nous devons anticiper. C’est pourquoi elle figure sur cette liste, qui classe par ordre de priorité les principaux agents pathogènes émergents susceptibles de provoquer des épidémies graves dans un avenir proche.

L’examen le plus récent a eu lieu en février, les experts s’accordant à dire que les maladies suivantes sont celles qui requièrent le plus d’attention de la part des chercheurs :

  • La fièvre de la vallée du Rift (RVF)

    La fièvre de Lassa La fièvre hémorragique de Crimée-Congo (CCHF) Le coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV) Le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) Le virus Ebola et le virus de Marburg Le virus Zika Les maladies henipavirales.

Cette année, l’OMS a donc pour la première fois ajouté la maladie X à cette liste, reconnaissant qu’il est hautement probable qu’un autre agent pathogène sera bientôt enregistré. En favorisant la prise de conscience de cette probabilité, cela pourrait stimuler les efforts de recherche pour lutter contre la menace imminente, bien qu’elle soit encore inconnue.

« L’histoire nous dit qu’il est probable que la prochaine grande épidémie sera quelque chose que nous n’avons jamais vu auparavant », a déclaré au Telegraph le directeur exécutif du Conseil norvégien de la recherche et conseiller de l’OMS, John-Arne Rottingen. « Il peut sembler étrange d’ajouter un « X », mais il s’agit de s’assurer que nous préparons et planifions de manière flexible des tests de diagnostic et des systèmes qui nous permettront de créer des contre-mesures le plus rapidement possible ».

Quant à savoir d’où la maladie X pourrait provenir, personne ne le sait avec certitude. Mais il existe une multitude de sources possibles, y compris des virus existants qui démontrent une nouvelle virulence et de nouveaux symptômes (comme pour Zika), des virus échappés de laboratoires ou utilisés comme armes biologiques, ou encore les zoonoses – qui concernent les maladies et les infections qui peuvent être transmises de l’animal à l’Homme de manière directe ou indirecte. « À mesure que l’écosystème et les habitats humains changent, il y a toujours un risque que la maladie saute de l’animal à l’homme », poursuit le chercheur. « C’est un processus naturel et il est vital que nous en soyons conscients et que nous nous préparions. C’est probablement le plus grand risque ».

Les contacts humains-animaux s’intensifient en effet à mesure que l’Homme se déplace. Cela rend ainsi plus probable l’émergence de nouvelles maladies – les voyages et le commerce mondial se chargeront de les propager.

Rappelons qu’il y a quelques semaines, Tedros Adhanom, directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé, expliquait lors du Sommet mondial des gouvernements à Dubaï que l’absence de couverture sanitaire universelle était l’une des plus grandes menaces pour la santé mondiale, déclarant que 3,5 milliards de personnes dans le monde n’ont toujours pas accès aux services de santé essentiels.

Source :

https://aphadolie.com/2018/03/13/la-mysterieuse-maladie-x-pourrait-etre-la-prochaine-epidemie-mondiale-meurtriere-avertit-loms/

http://www.who.int/blueprint/priority-diseases/en/

http://sciencepost.fr/2018/02/loms-avertit-sommes-officiellement-voie-dune-pandemie-mondiale/

https://fr.sott.net/article/32006-La-mysterieuse-maladie-X-pourrait-etre-la-prochaine-epidemie-mondiale-meurtriere-avertit-l-OMS

1ère réponse :

À mon avis la prochaine maladie « X » sera en Anglais la NASH ou plus simplement « La maladie de la malbouffe ». Le vrai fléau du mode de vie occidentale, une attaque sérieuse du foie humain par l’ensemble des produits de synthèse.

NASH le fléau de demain

Les autres maladies que tu cites sont également dangereuses à cause de la mutation du virus mais concernera surtout l’Afrique équatoriale.

Réponse 2 :

Hello 🙂

Ou comment maintenir la peur chez le bon peuple… Comme ça il continuera à remercier ses bons dirigeants de si bien veiller sur lui, la preuve ils prévoient même la maladie de la mort qui tue qu’on ne sait pas ce que c’est.

Là c’est la maladie X mais on pourrait tout aussi bien parler de l’arme X par exemple. Comme là c’est l’OMS, c’est une maladie.

On balance tout un tas de probabilité, comme ça dans le lot on a forcément raison.

Et puis ça fait vendre des journaux, faut bien qu’ils s’occupent ces pauvres journalistes.

Ça me rappelle les US qui ont déjà préparé leur plan en cas d’attaque de zombies mdr.

De la com, rien d’autre finalement.

Il y a aussi les films X mais c’est un autre sujet. Bien qu’ils contribuent également à calmer la populace 😉

Réponse 3 :

La future maladie X nous sera propagée par les rats. Eux, ils vivent dans les égouts et sont immunisés de tout. On n’est pas préparés à ce genre de contrainte.

Réponse 4 :

Le seul survivant sera le Neo Diogène de sinope. (photo illustrant l’article)

Réponse 5 :

Et si la maladie X ne concernait pas les humains mais les plantes ?

https://www.lemonde.fr/planete/article/2018/04/05/des-oliviers-touches-par-la-bacterie-xylella-fastidiosa-en-corse_5280799_3244.html

Les plantes…. Ou les porcs !

Si la situation est vraiment hors de contrôle en Chine comme tous semblent le penser cela peut avoir de gros impacts géopolitiques à court terme, tant que la Chine ne donne pas de chiffres précis, ça risque de réagir violemment aussi sur les marchés.

https://www.pigprogress.net/Health/Articles/2019/4/ASF-China-Virus-makes-1400-km-jump-to-Xinjiang-412844E/

Google traduit

Épidémie de PPA à Ürümqi, Xinjiang

Le virus a été signalé par le ministère chinois de l’Agriculture et des Affaires rurales (MARA) le 4 avril dans le district de Midong de la capitale de la région, Ürümqi. Sur une communauté agricole de 200 porcs, 15 porcs ont été infectés et sont morts de la maladie. Toutes les mesures communes ont été appliquées immédiatement, selon le MARA. Avec la découverte, cela signifie que seules les montagnes montagneuses du Tibet et de l’île de Hainan n’ont pas officiellement annoncé de foyers de PPA.

Cette 1ère épidémie dans la région du Xinjiang signifie que le virus a officiellement fait un bond de 1 400 km vers l’ouest. L’épidémie la plus proche connue en Chine avant ce rapport était dans l’est de la province de Qinghai, rapportée en décembre dernier.

Épidémie de PPA dans la province du Yunnan

Le 4 avril, le ministère chinois de l’Agriculture a également signalé une épidémie dans la province du Yunnan, limitrophe du Myanmar. Cette fois, une communauté de 10 exploitations a été découverte infectée, avec au total 301 porcs. Selon le MARA, 196 animaux ont été infectés et 105 sont morts.

La raison pour laquelle le MARA a choisi de signaler ces 2 foyers n’est pas claire. On pense généralement que la situation de la PPA en Chine est incontrôlable et que le virus fait des victimes dans tout le pays, affectant ainsi l’approvisionnement en viande sur le marché intérieur. Comme la Chine compte environ 50% des porcs dans le monde, les producteurs de porc au Brésil, aux États-Unis et en Europe prévoient qu’un approvisionnement nettement inférieur en porc chinois offrira des opportunités d’exportation ainsi qu’une augmentation des prix mondiaux du porc.

https://www.pigprogress.net/Health/Health-Tool/diseases/African-Swine-Fever-ASF/

Carte OIE

https://www.google.com/maps/d/viewer?mid=1gO383FN6XS89neIm_MIU6nTPKvoY9AQE&ll=38.38163964582534%2C99.27310749463254&z=4

Gouv US USDA

Peste porcine africaine (PPA)

Dernière mise à jour : le 19 mars 2019

La peste porcine africaine est une maladie virale extrêmement contagieuse et mortelle qui affecte les porcs domestiques et sauvages de tous les âges. La PPA ne représente pas une menace pour la santé humaine et ne peut être transmise de porc à d’être humain. Ce n’est pas un problème de sécurité alimentaire.

La PPA se rencontre dans le monde entier, en particulier en Afrique subsaharienne. Plus récemment, il s’est répandu en Chine, en Mongolie et au Vietnam, ainsi que dans certaines parties de l’Union européenne. Cela n’a jamais été trouvé aux États-Unis – et nous voulons que cela reste ainsi.

Pourquoi la peste porcine africaine est-elle une préoccupation ?

La PPA est une maladie dévastatrice et mortelle qui aurait un impact significatif sur les éleveurs de bétail américains, leurs communautés et l’économie si elle était découverte ici. Il n’y a pas de traitement ou de vaccin disponible pour cette maladie. Le seul moyen d’arrêter cette maladie est de dépeupler tous les troupeaux de porcs touchés ou exposés.

L’USDA travaille en étroite collaboration avec d’autres agences fédérales et d’État, l’industrie du porc et les producteurs afin de prendre les mesures nécessaires pour protéger les porcs de notre pays et empêcher cette maladie de se propager. Ce groupe se prépare également activement à réagir si une PPA avait déjà été détectée aux États-Unis.

Ce que les voyageurs doivent savoir

Les voyageurs internationaux pourraient, sans le savoir, ramener cette maladie d’un pays touché par la PPA, surtout s’ils visitent des fermes. Visitez la page des voyageurs APHIS pour savoir quels articles vous pouvez rapporter aux États-Unis. Certains produits alimentaires peuvent être porteurs de maladies et menacer l’agriculture et l’élevage domestiques. Si vous vous rendez dans un pays touché par la PPA, ne rapportez pas de viande de porc ou de produits à base de viande de porc.

Déclarez toute visite de ferme internationale à la douane et à la protection des frontières des États-Unis à votre retour. Avant de retourner aux États-Unis, assurez-vous de bien nettoyer et désinfecter ou d’éliminer tous les vêtements ou chaussures que vous portez autour des porcs. Ne visitez pas une ferme, des locaux avec des porcs, un marché à bestiaux, une grange, un zoo, un cirque, une animalerie avec les porcs à ventre creux ou tout autre animalerie avec des porcs pendant au moins 5 jours après votre retour.

https://www.aphis.usda.gov/aphis/ourfocus/animalhealth/animal-disease-information/swine-disease-information/african-swine-fever/african-swine-fever

https://www.aphis.usda.gov/animal_health/animal_dis_spec/swine/downloads/asf-alert-pathways.pdf

https://www.porkbusiness.com/article/asf-outbreak-china-could-create-12-mmt-global-meat-shortage

« Nous envisageons actuellement une réduction d’au moins 30% de l’alimentation porcine, certains chiffres suggèrent bien plus que cela. Nous progressons actuellement (INTL FC Stone) à 30% », a déclaré Suderman. « Cela équivaut au nombre de porcs que nous élevons chaque année au Canada, aux États-Unis, au Mexique et au Brésil

Laisser un commentaire