L'argent, le Fric, le Flouze, le fléau de l'Humanité

Le dénominateur commun de tous les problèmes de l’humanité tout entière

Sur les réseaux sociaux on se déchire sous forme de commentaires sur les problèmes sociaux et politiques de nos pays respectifs. Chacun y va de ses opinions et je ne déroge pas à la règle. D’ailleurs, je communique plus sur ces réseaux que sur mon blog. En effet, ce blog, mon blog c’est l’affaire d’une personne (moi), mais que vaut une seule opinion face à la multitude des réseaux sociaux?

On a la réponse ; peanuts. Les blogs tels que le mien tombent en désuétude et c’est bien normal, on ne va pas se casser l’oignon à me trouver, on préférera notre bon vieux Facebook ou autre qui est bien plus rapide et dans lequel on peut facilement s’exprimer.

Mais pourquoi l’argent est-il le dénominateur commun de tous nos problèmes ?

Et bien tout simplement parce que tous nos problèmes viennent du fait de nos élites, de nos banques de nos élus.. et si on descend d’un ou deux échelons, nos problèmes viennent de nos médecins, avocats, juges, police qui exercent leurs métiers au départ par choix, voir convictions et, inexorablement, au fil du temps, par appât du gain de telle sorte que leur vocation de départ s’en retrouve dévoyé, dénaturé, l’argent prenant le commandement sur toutes autres considérations bienveillantes.

L’argent est le fléau et le dénominateur commun de tous les problèmes dans le monde. De quoi que vous puissiez vous plaindre, si vous réfléchissez 5 – 10 minutes profondément et en conscience, vous en arriverez à la même conclusion que moi. Mais pour cela il faudra parvenir à être sincère avec vous-même et ne pas vous mentir. Il est possible que vous fassiez parti d’une classe plus ou moins aisée et plus vous serez riche, plus difficile pour vous d’être objectif.

Plus les gens gagnent d’argent moins ils sont enclin à avoir un raisonnement bienveillant.

Pourquoi est-ce que je donne l’impression d’attaquer nos élites plutôt que la population dans son ensemble ?

Tout simplement parce que ceux qui ont le pouvoir de changer le système capitaliste tel qu’on le connaît ce sont eux. Le peuple n’a aucun pouvoir, le peuple ne peut rien faire à part voter.

Il y a bien autre chose qui me fait penser que nous sommes tous bloqués, impuissants face au rouleau compresseur de ce libéralisme implacable. C’est l’expérience de ma petite vie.

Je condamne un certain nombre de professions de la classe supérieure, cette classe au dessus de la classe moyenne, cette classe qui a pu grâce aux études supérieures parvenir à des métiers d’influence, d’un niveau qui s’est fabriqué un pouvoir sur la population et qui a perdu peu à peu son sens critique pour ne penser qu’à l’argent, oui toujours lui omniprésent.

Le médecin avec ses dépassements d’honoraires avec la bénédiction de la sécurité sociale.

L’avocat qui vous prend un bras voir plus pour vous défendre en justice qu’il gagne ou qu’il perde.

Le notaire quand il n’est pas vereux (si j’en connais plusieurs)

La police et gendarmerie qui a toujours raison et qui a les bras tout neuf.

Les entreprises du bâtiment qui surfacturent leurs prestations.. et il y en a bien d’autres encore.

Avec l’argent, tout est corruption à tous les niveaux.

Et les dirigeants de nos pays dans tout ça, ne pourrait-ils pas rectifier le tir, changer drastiquement de cap ?

Nos présidents de la République, nos ministres, nos députés, nos sénateurs, l’élite de nos nations préfèrent surfer sur la vague de la continuité en apportant quelques petites touches de-ci de-là espérant une quelconque postérité et surtout un maximum d’argent engrangé. (la vie d’élu étant relativement courte)

Bien sûr, le peuple pourrait faire en sorte de tout changer radicalement lors de rares échéances électorales mais encore une fois c’est impossible. L’argent encore lui fausse la donne. Les mieux placés pour les grandes campagnes électorales sont ceux qui ont le pouvoir, ceux qui sont à la tête de leurs partis respectifs et qui ont les moyens financiers (pas toujours légaux), d’être dans le haut du tableau bien aidé par les grands média. Ce qui fait que sur des décennies on revoit peu ou prou toujours les mêmes têtes. Oh, je ne dis pas qu’il y aurait ici et là de nouvelles têtes, mais hélas elles n’ont aucune chance car le peuple n’a aucun moyen de se concerter en amont, même si ce que j’avance peut changer à la marge.

Je pense aux réseaux sociaux. Nous sommes, j’imagine, de plus en plus nombreux à échanger en commentaires sur les sujets d’actualités diffusés sur Facebook, Twitter etc… Mais là encore il existe un écueil et pas des moindres. C’est sans doute la nature de l’homme qui fait que nous ne parvenons pas à un consensus. L’homme n’a pas la capacité à se fédérer seul, l’homme n’a pas la capacité à admirer l’autre à ce remettre en question. On ne peut pas trouver d’homme providentiel à l’intérieur du peuple.

Imaginons une sorte d’humaniste issu du peuple qui aurait la solution pour améliorer nettement la situation des peuples et qui tenterais de s’exprimer sur les réseaux sociaux. À part quelques « j’aime » venus de nulle part, et un plus grand nombre de critiques venus de personnes aimant se faire mousser,je ne vois pas comment s’en sortir. J’avais bien pensé à nos philosophes contemporains pour régler le problème, hélas, ils semblent se déchirer eux aussi. Moi qui adore la philosophie je me suis résolu à continuer de l’aimer mais à être déçu de nos philosophes et autres économistes de tous poils.

« Il faut supprimer l’argent«

C’est ce court commentaire sibyllin que j’écris régulièrement en commentaire sur les réseaux sociaux. Il est vrai que ça peut paraître enfantin, grotesque. « Il faut supprimer l’argent« , on aurait envie de me répondre :  » oui, mais encore... »

Toutes polémiques sur les réseaux sociaux m’amènent à écrire cette fameuse petite phrase. Je m’attendais à être cloué au piloris, ce ne fût pas le cas, mais je ne grimpa jamais au niveau des meilleurs commentaires, j’étais noyé dans la masse. Ceci dit, j’avais la preuve que j’étais ou en avance de 2 ou 3 générations ou un grand et doux rêveur, un farfelu que sais-je?

J’aurais sans doute préféré plutôt que d’être gentiment ignoré qu’on me dise : «  supprimer l’argent! Elle est bien bonne celle là. Et vous comptez vivre comment?«

Et oui, c’est bien joli de lancer à la sauvette la suppression de l’argent purement et simplement, mais on fait comment ?

Il faut changer le mode de gouvernance de nos pays et nous recentrer sur un nouveau modèle de vie sociale, il faut changer le système

Nous devons inventer un tout nouveau système de vie sociale sur notre terre en mettant en avant la vie des populations. Une sorte de paradis sur terre, sans argent et tous les synonymes qui en découlent.

Au fil des années un nombre important de mots disparaîtraient de nos dictionnaires. Ils entreraient dans les oubliettes de l’histoire à jamais. Je vous laisse imaginer les mots à faire disparaître du dictionnaire, je n’ai pas l’intention de tous les citer ici.

Il y aurait tous les synonymes de l’argent bien sûr, mais aussi, et c’est cela que je veux surtout mettre en avant; tous les dérivatifs de pouvoir, de supériorités, de dominations, de jalousies…

Inventer un tout nouveau système de vie communautaire sans argent

Voilà un grand chantier à imaginer et à mettre en oeuvre pour les peuples dans le respect de dame nature et du développement durable tout en continuant de travailler mais sans aucun salaire.

Ne pensez pas que je vous parle de communisme, pas du tout, vous n’y êtes pas. En supprimant l’argent on supprime les partis politiques, on supprime nos modes de gouvernances connus à ce jour.

Plus de président, plus de députés, plus de sénateurs.

Mais qui va commander ?

Oubliez tout ça. Pourquoi voulez-vous être commandé?

Ne préféreriez-vous pas être dirigé en douceur sans obligations, sans heurts en pleine connaissance de cause ?

J’ai dit sans aucun salaire, du coup, vous avez quitté le site

Sans aucun salaire, oui, l’argent est supprimé n’oubliez pas. Mais que vous manque-t’il ?

Dans ce tout nouveau système de vie, nous aurions tout ce dont nous avons besoin. Un toit, de quoi manger, de quoi se vêtir, tout ça gratuitement. Nous continueront de travailler, de produire, nos usines poursuivront leurs routes mais cette fois plus avec le désir de profit mais avec l’unique but de pouvoir suffire à sa propre population.

Avec un toit gratuitement, des vêtements, et de quoi s’alimenter pourquoi voudriez vous ressentir le besoin d’amasser, de surconsommer, de jalouser l’autre ?

Qui saura mettre en place ce nouveau système égalitaire qui ne met pas l’accent sur le toujours plus ? La discussion est ouverte et libre. Ne croyez pas que c’est moi qui vais régler cette immense utopie, j’ai besoin de vos idées, de votre force intellectuelle pour tout changer.

Laisser un commentaire