«Khodjali 613 ‘étonne un public universitaire international

«Khodjali 613 ‘étonne un public universitaire international

 

 

Rouen, France 5 Septembre 2014

 

Dans la soirée du 3 Septembre, environ 200 délégués internationaux à la 17e Conférence internationale sur la linguistique turque (ICTL), hébergé à l’Université de Rouen en France, ont eu un plaisir rare d’entendre un concert de l’Azerbaïdjan, de la musique classique turque et française, parrainés par le bureau français de la société européenne Azerbaïdjan (TEAS). Cela a eu lieu dans l’Amphithéâtre Philippe Protais, et a été donné par le violoniste azerbaïdjanaise Sabina Rakcheyeva, le premier diplômé de l’Azerbaïdjan de la Juilliard School à New York et conseiller culturel aux thés, aux côtés clarinettiste français Annelise Clément et le Magma String Quartet, aussi de France.

 

Le concert a été conçu par le compositeur français Pierre Thilloy, qui a expliqué: «L’éxécution et l’écoute de cette musique nous aide à comprendre les éléments d’une autre culture, mais démontre notre humanité commune. Par exemple, le concert inclut mon propre hommage à Haendel, et l’hommage du compositeur turc contemporain Hasan Hüseyin Yilmaz, à Mozart, à côté du «Quatuor à cordes n ° 2» de Gara Garayev et ma pièce «Khodjali 613 ‘, qui intègre des chansons populaires azerbaïdjanaises. Je voulais montrer l’universalité de la musique, qui transcende les barrières linguistiques et culturelles. La sélection démontre que les compositeurs turcs et azerbaïdjanais peuvent adopter idiomes musicaux occidentaux, en utilisant le même langage musical comme un compositeur français. Indépendamment de notre contexte culturel, nous pouvons tous être touché par cette musique. Ce n’est pas une langue pour le cerveau – elle est pour l’âme « .

 

Le concert a culminé avec l’arrangement de la musique de «Khodjali 613 ‘par Pierre Thilloy, une commission de thés. Elle a été composé à la mémoire des 613 civils hommes, femmes et enfants qui ont été victimes de massacre de Khodjaly le 26 Février 1992, la pire atrocité perpétrée par les forces d’invasion arméniennes pendant le conflit du Haut-Karabakh. La version orchestrale de cette oeuvre évocatrice – créée à Paris à la date anniversaire du massacre – a été nommé l’an dernier pour les Victoires de prestige de la Musique Classique . A Rouen, le travail a été effectué avec respect, avec le clarinettiste d’abord, effectué dans les coulisses de la scène, représentant le cri plaintif d’une voix humaine.

 

Pierre a expliqué la raison de son inclusion dans le programme: «J’ai senti qu’il était très important d’effectuer cette pièce loin de la date anniversaire du massacre de Khodjaly. C’était particulièrement approprié pour jouer ce soir, pendant que le public est là pour une conférence sur la linguistique turcs. Tous les délégués sont conscients du conflit du Haut-Karabakh et le massacre de Khodjaly. Ils comprennent le but de ma musique « .

 

Le concert a commencé avec une autre des œuvres de Pierre Thilloy intitulé «Largo – Lamento funèbre». Le compositeur explique: «Mon point de départ était une citation de l’opéra de Handel ‘Giulio Cesare’, où une mère est en détresse de son fils qui va à la mort, peut-être dans la guerre. Cela a un sens universel, et peut être liée au conflit du Haut-Karabakh « .

 

Le «Quatuor à cordes n ° 2 ‘par les plus grands compositeurs azerbaïdjanais Gara Garayev (1918-1982) a été écrit en 1946. Pierre a déclaré: » Garayev a été l’élève de Chostakovitch et c’est une musique incroyable. Il utilise la notation occidentale, mais intelligemment, intègre modes de mugham azerbaïdjanais et représente la culture azerbaïdjanaise d’une manière très efficace. Tout au long, Garayev fait référence à sa répulsion par rapport aux pertes cataclysmiques de la Seconde Guerre mondiale « .

 

Pierre a eu une liaison de longue date avec l’Azerbaïdjan, après avoir été fasciné par les modalités trouvés dans la musique de mugham azerbaïdjanais. Il a présenté dans le documentaire de Pierre Thilloy, la Montagne de Feu « , qui a été diffusé sur les chaînes de France 2 et Mezzo. Il est également le fondateur et organisateur du Festival Syam dans l’Est de la France qui, cette année, incorporé une vaste gamme de azerbaïdjanaise classique, jazz et musique du mugham. Pour voir un film sur le fond et la signification de «Khodjali 613 ‘, tourné au Festival de Syam, aller à http://bit.ly/aproposKhojaly613. Pour une performance complète du travail, visitez http://bit.ly/khojaly613.

Article provenant de mon plugin WP Robot traduit par mes soins et Google traduct.

Laisser un commentaire