Le tutoriel dit de la couche humaine

L’anonymat traité au niveau comportemental humain

L’anonymat au niveau du comportement… je crois que c’est le sujet le plus difficile que j’ai entrepris d’écrire, parce qu’il m’oblige à faire des relectures par différentes personnes avec des pensées différentes et parce que je vais sans doute me tromper un nombre incalculable de fois…

Donc nous sommes au niveau de la couche humaine, dans cette couche, les éléments qui peuvent vous trahir sont ce que vous faites, et ce que vous êtes, comprenez par-là par exemple pour ce que vous êtes que si vous n’avez pas de main et que vous utilisez un analyseur vocal pour écrire sur le web et plus exactement un chat, alors, les gens peuvent vous repérer à l’aide de quelques procédés sociaux simples.

Quand à ce que vous faites, ma foi c’est bien plus simple, vous allez par exemple avoir un temps de réaction plus rapide si vous êtes concentré sur votre chat que si vous faites autre chose en même temps.

Le temps de réaction est un indicateur précieux sur internet, il en pose même les fondements.

I-Ce que vous êtes

En partant du postulat que vous êtes sur le réseau tor sans aucun autre moyen de communication que l’écriture (pas de vocal, ni de signaux de fumées, ni de peinture rupestres), vous avez des éléments récurrents qui peuvent vous trahir si vous changez d’identité ou si on vous recherche activement.

Ces éléments peuvent prendre plusieurs formes, parmi elle, on peut nommer :

En premier lieu, les fautes d’orthographe, qui sont un indicateur de votre niveau de connaissance et de culture, elles peuvent également vous trahir par comparaison si vous avez des fautes récurrentes, et les fautes de frappes que vous faites peuvent également constituer un indicateur du niveau de stress qui pèse sur vous.

L’analyse du lexique que vous utilisez est également un indicateur non négligeable, il permet de deviner votre classe sociale, votre métier, vos orientations culturelles et vos opinions.

Enfin, une petite chose, votre système de représentation sensorielle (VAKOG) peut se détecter dans votre manière d’écrire, même si c’est un indicateur mineur, il a néanmoins son importance.

II-Ce que vous faites

Là en revanche, il y a plusieurs cas de figure, vous pourriez être là pour visiter, découvrir, débattre mais le cas que nous allons aborder est celui où vous êtes là principalement pour évoluer dans votre vie, que ce soit de manière lucrative, émotionnelle, culturelle ou vindicative ou que sais-je encore.

Et les éléments qui peuvent vous trahir sont donc :

D’abord vos réactions à un sujet/thème/débat donné et l’avis que vous donnez sur cela.

Une fois emporté dans un débat, la façon dont vous argumentez et les méthodes que vous employez pour vous justifier sont également une façon de deviner votre perception des choses.

Si quelqu’un peut parvenir à déceler vos idéologies, vos avis tranchés qui ne changeront pas, votre manière de penser, que l’on nomme plus savamment votre champ de conscience, alors il peut espérer vous retrouver IRL ou IVL à un autre endroit si les données qu’il aura récupérées concordent.

Votre système de représentation sensorielle (VAKOG) peut également se repérer de par vos réactions lors d’un échange, notamment pour les Kinesthésiques.

III- les méthodes pour y remédier

Pour passer inaperçu sur le DW français, l’idéal est de parler le moins possible, d’éviter toute communication directe et d’adopter un format d’écriture le plus spartiate possible.

Bien entendu, ceci n’est pas ce que nous voulons, car nous ne voulons pas être invisibles, mais introuvables.

Dans notre cas, il est bien plus intéressant de créer une « personnalité » sur le réseau puis d’arriver à faire passer cette personnalité pour celle que nous avons naturellement.

Et la seule façon de faire passer cette personnalité pour naturelle est de ne pas se faire manipuler à son insu.

Ce qui m’amène à vous montrer les différentes manipulations possibles.

Pour commencer, il vous sera nécessaire de différencier les jargons de milieux particuliers de l’utilisation de baratin. La méthode la plus simple de détection de baratinage consiste à prendre tous les termes inconnus utilisés par la personne à la suite puis de chercher la définition des 10 premiers et de voir s’ils correspondent bien ensemble et donne un discours logique et plausible, ensuite répétez l’opération pour les 10 termes suivants jusqu’à être convaincu que la personne connaît réellement ce dont elle parle.

Et si vous souhaitez comprendre certaines astuces concernant le baratin, je vous invite à regarder une méthode de décryptage de la langue de bois (novlangue) utilisé par les politiciens.

Et si la personne est le créateur d’un topic et qu’il semble curieux, n’hésitez pas à utiliser ceci, c’est toujours un bon réflexe : http://www.hoaxbuster.com/

Répondre à un bot/spammeur/hoax est une bonne façon de se faire ficher comme « personne peu familière avec l’internet communautaire ».

Il vous faudra également apprendre à reconnaitre les trolls, et tout particulièrement lorsque vous argumentez, car la plupart utilisent des moisissures argumentatives aisément détectables, ce qui est d’ailleurs commun chez la plupart des gens.

De plus, vous utilisez peut-être vous-même des moisissures argumentatives et cela vous permettra de perdre ce genre d’habitude qui peut vous trahir (en effet, rabaisser chaque personne qui s’oppose à vos arguments plutôt que de lui démontrer scientifiquement qu’il a tort est une chose qui vous rendra aisément détectable).

Connaitre et les lois et principes d’internet peut également être une façon d’éviter de se faire détecter par des érudits dans les domaines de l’informatique généraliste ou des interactions social numériques.

Il existe une infinité de lois d’internet, mais les plus connus sont les lois de l’internet définies par 4chan même s’il existe régulièrement des top 10 qui sont créés sur ce sujet et qui sont criants de vérité.

En exemple, on peut considérer qu’une personne qui fait de l’ironie sans mettre de smiley est ignorant d’un plus important principe de communication émotive d’internet et donc aisément identifiable. Et à l’inverse, une personne mettant beaucoup trop de smiley ou des smiley recherchés sera un peu trop « connaisseuse » et donc également identifiable.

On pourrait presque en faire une science, la « smileytologie« .

Enfin, il est souvent nécessaire d’identifier approximativement avec qui vous discutez pour ne pas avoir de mauvaises surprises. Pour cela, j’utilise l’échelle Bayart même si d’autres méthodes existent.

Ce système d’évaluation des gens permet de deviner si la personne avec qui vous conversez restera aisément en contact avec vous et à peu près pourquoi.

Ensuite, on peut laisser des informations passer par l’utilisation inconscientes et récurrentes de verbes et termes liés à votre système de représentation principale par exemple, si vous êtes plutôt visuel, vous utiliserez souvent le terme « tu vois », si vous êtes auditif, ça sera un terme comme « t’entends » et si vous êtes kinesthésiques, ça serais plutôt « tu sens ».

L’utilisation de ces tournures de phrase se fait de façon inconsciente et c’est une des raison pour lesquels il faut y prêter une plus grande attention car c’est une chose qui vous trahira à coup sûr.

La classification de donnée par niveau logique

Robert Dilts , un programmateur neurolinguistique a mis au point une pyramide qui permettait de classifier les informations émises par un être humain.

pyramide de Robert Dilts

Par exemple, si l’on prend la phrase « Tu ne devrais pas penser à faire cela ici », on peut la décomposer en :

– « tu » (identité) ;

– « ne devrais pas » (croyance) ;

– « penser » (capacité) ;

– « à faire cela » (comportement) ;

– « ici » (environnement) ;

Dans le cadre de l’anonymat, il est important de faire attention à ne pas laisser le niveau de représentation logique qui vous importe le plus visible car en plus de donner des informations sur votre profil, il peut permettre de deviner si vous mentez ou non.

Et si l’identité que vous revêtez vous le permet, vous pouvez vous permettre de favoriser un niveau logique, en prenant garde à ne pas en faire une habitude.

Par exemple, si vous revêtez l’identité d’un professionnel de l’architecture, utiliser le niveau logique de l’environnement pourra beaucoup jouer en votre faveur.

Le format de vos données

Là, on arrive à la mise en page de ce que vous cherchez à dire.

Pour commencer, si vous avez l’habitude de tapoter sur la touche espace au lieu de simplement l’enclencher une seule fois, perdez vite cette habitude, une simple analyse du nombre d’espaces qui se suivent dans votre texte pourra donner de précieuses indications à vos poursuivants.

Si vous le fait sans vous en rendre compte, voici une petite fonction en python qui vous permettra d’identifier les espaces en trop dans votre texte :

re.findall(« ( (?: )*) », votretexte)

Au niveau de la mise en forme, le place des virgules est également important.

Une virgule se colle à la fin d’un mot et on place un espace après, c’est une forme de convention en informatique.

Si vous placez vos virgules comme cela « , » ou comme cela « , », alors vous êtes repérable à l’aide d’une simple fonction python appliqué à votre texte qui est :

votretext.count( » , »)

Même constat pour les ponctuations.

On place conventionnellement un point sans espace le précédant, en revanche, on place un espace précédemment pour un point d’exclamation ou un point d’interrogation (et si vous vous demandez pourquoi, c’est avant tout une question d’esthétique visuelle, car un point d’exclamation ou d’interrogation fait la même taille qu’une lettre, on peut donc le confondre avec la fin d’un mot si on manque d’attention).

Voici les fonctions qui vont avec ça :

re.findall( » \. »,texte)

re.findall(« [^ ]\? »,texte)

re.findall(« [^ ]\! »,texte)

Même chose pour la majuscule que l’on oublie fréquemment après un point.

re.findall(« \. [a-z] »,texte)

On peut aussi deviner qu’une personne a un clavier qwerty si elle oublie les accents et les caractères simples à écrire avec un clavier azerty.

Et comme toujours :

re.findall(« é|è|à|ô|ê|ù », texte)

Avec un peu de pratique, vous pouvez également construire vos propres fonctions de détection syntaxique, grammaticale ou orthographique.

Voici un petit exemple :

    >>> texte = «  » »bonjour,

    il Y a t il des connaisseurs dans les dumps 201 avec des bins SDA ?

    si oui penser vous que les softwar du genre jcophirolive marche en EU sachant qu’il etait programmer sous linux et que les dab en france sont sous windows?

    merci d’avance » » »

    >>> re.findall(« ( (?: )*) », texte)

    []

    >>> texte.count( » , »)

    0

    >>> re.findall(« [^ ]\? »,texte)

    [‘s?’]

    >>> re.findall(« [^ ]\! »,texte)

    []

    >>> re.findall(« \. [a-z] »,texte)

    []

    >>> re.findall(« é|è|à|ô|ê|ù », texte)

    []

Ici par exemple, on voit clairement que la personne est sur un clavier QWERTY et qu’elle maîtrise mal sa ponctuation.

Elle n’a fait que 4 lignes et elle a déjà des éléments probants sur son dos.

Et concernant les fautes de grammaire et d’orthographe, Firefox peut vous sauver la vie :

https://addons.mozilla.org/en-US/firefox/language-tools/

Pour modifier sa façon d’être, il existe de nombreuses méthodes, comme les formations pour améliorer sa mémoire, sa perception ou sa compréhension des choses qui peuvent être utiles.

Par exemple, si les membres d’un groupe vous considèrent comme une brute sans cœur et sans culture, arriver à se faire passer pour un mélomane adepte de jazz peut être une excellente chose.

Mais pour compléter au maximum ce tutoriel, je vais reprendre les propos d’un ancien membre de FDP nommé « Valshjr » qui expliquait que par exemple, pour apprendre à mentir naturellement, il existait deux méthodes viables qu’il recommandait :

    Valshjr a dit:

    Méthode n°1 : La plus rapide, et la plus expéditive, voire trash.

    Approchez la flamme d’un briquet sur votre doigt, tout en vous regardant dans un miroir, et tâchez de ne montrer AUCUN SIGNE DE DOULEUR. Pendant ce temps-là, admirer les détails de la pièce que vous voyez dans le reflet. Conservez votre doigt sur la flamme jusqu’à ce que la douleur soit insupportable. Sortez de la pièce et tentez d’en faire une représentation mentale exacte. Re-rentrez une dizaine de minutes plus tard. Et constatez si votre représentation mentale était exacte ou non.

    Recommencez cet exercice chaque soir pendant une ou deux semaines.

    Plus tard, lorsque vous serez en situation de stress, pensez à la flamme sur votre doigt et à l’attitude que vous aviez. Soyez détendu, calme.

    Lorsque vous êtes capable d’accepter la douleur, de rester complètement calme et détendu, tout en étant conscient que votre doigt est entrain de brûler, et bien c’est que vous serez capable de rester calme dans n’importe quelle situation désavantageuse.

    L’analyse de la pièce vous servira à améliorer votre observation. Soyez précis dans les détails. Votre représentation mentale DOIT être une véritable photo. La douleur stimule le processus d’apprentissage, d’où l’intérêt de cette méthode.

    Méthode n°2 :

Si vous n’avez pas envie de vous mutiler, mettez-vous régulièrement volontairement en situation délicate. Mentez à vos amis, collègues, etc. Observez leurs réactions, et terminez toujours par un « Je plaisantais, hein, pour le truc que je t’ai dis. ». Des petits mensonges de rien du tout. Cela va vous apprendre à mentir, à être calme en mentant, tout en observant la réaction de vos proches et à développer votre imagination.

    De plus, si vous avez une personne de votre entourage adepte de l’extrapolation (on a tous un pote comme ça), amusez-vous à chercher les failles de son discours, et à le mettre face à ses incohérences. Apprendre à déjouer les mensonges, c’est aussi une façon d’apprendre à manipuler.

Les recommandations

En conclusion, on peut se masquer quel que soit ce que l’ont fait en appliquant les recommandations qui suivent :

1. Ne jamais mêler votre vie et vos apprentissages IRL avec votre identité sur de longs termes.

2. Apprendre à analyser la façon de parler et d’échanger des informations.

3. Trouver ses propres failles et les bloquer le plus possible.

4. Ne jamais se laisser aller à ses émotions car elles vous feront oublier cet apprentissage.

—-LIEN—

Analyse neuronale (amenant des réflexions dessus) :

http://www.neuroml.org

Analyse graphique avancée de donnés :

https://gephi.github.io/

Carte neuronale du cerveau :

http://psychologie-sante.tn/wp-content/uploads/2014/09/carte_cerveau50x36.pdf

Ce tutoriel est issu du forum French Deep Web dans sa catégorie :  » Sciences humaines et sociales « . Je ne suis pas l’auteur du texte ci-dessus, je suis un partageur. Je poursuis ma réflexion sur l’anonymat.

Laisser un commentaire