Et si c’était ça la vie ?

Aujourd’hui, je suis tombé sur une petite vidéo d’animation dont je raffole. Vous savez, ces vidéos d’un style Pixar, un style immédiatement reconnaissable où à chaque fois une petite histoire est racontée. On aime ou on n’aime pas mais en principe, si on est normalement constitué, on aime.

Donc, je vous disais que j’étais tombé, sur Facebook, sur un partage de cette vidéo. Je l’ai visionné, elle m’a ému et j’ai donc décidé de m’en servir comme point de départ de réflexion pour cet article et tenter d’en faire une dissertation comme à l’école dans un passé lointain.

Sur Facebook, sur mon mur, cette vidéo était intitulée : « vole, vole, vole« , j’avoue ne pas avoir cherché à savoir si c’était le titre exact de cette vidéo, je m’en fichais plus ou moins et même au sein de la réalisation de cet article. Ce qui m’importait, c’était le contenu en ayant toujours en tête et pour devise cette maxime :  » Peut importe le flacon pourvu qu’on eut l’ivresse« . (citation d’Alfred de Musset)

Après l’avoir visionner plusieurs fois, je me suis dit que plutôt que de l’a partager à mon tour, sur mon profil, il valait mieux que je m’en serve pour écrire un article.

J’ai utiliser  » Movavi Game Capture« , un logiciel de capture de vidéos, de manière à l’enregistrer sur mon disque dur.

En principe, les vidéos que j’aime, je les met sur ma page Youtube et j’écris 2 – 3 phrases pour dire ce que j’en pense. Mais, ça c’est mal passé avec Youtube, je n’avais pas les droits pour mettre cette vidéo sur ma page !! ( en ce moment tout ce qui tourne autour de Google me déplaît mais c’est un autre sujet).

J’ai donc, tout naturellement renommé la vidéo après l’avoir « comprise« : Et si c’était ça la vie ?

Ce qui semble intéressant, c’est que chaque lecteur pourrai lui donner un autre titre au gré de ses humeurs, au gré de son ressenti.

De quoi parle cette vidéo ?

On voit un gros Monsieur pressé dans un costume presque trop petit pour lui. Il me semble que c’est un cadre, il est en costume. Il est encore une fois en retard à son arrêt de bus pour aller au bureau. Il doit attendre le prochain, assis sur un banc.

Ce Monsieur est pointilleux sur l’ordre et consulte très souvent sa montre. Un petit oiseau bleu vient se poser sur son banc et piaille à son attention. Le Monsieur est dérangé par l’oiseau et fait tout pour l’ignorer. Il dresse même un mur entre lui et le petit oiseau avec sa sacoche de travail. L’oiseau semble ne pas comprendre et insiste. Cherche t-il à s’adresser à l’homme ? C’est la question.

La suite, dans la vidéo ci- dessus…

Les temps sont difficiles surtout ces derniers jours alors, que ce rayon de soleil puisse illuminer nos âmes.

Je souhaite de tout coeur que des lecteurs ayant ma sensibilité puissent s’exprimer sur cette leçon de vie et dirent ce que ça leur inspirent..

 

Laisser un commentaire