La vie des vide-greniers

La vie des vide-greniers

Une réflexion sur l’univers des vide-greniers ou des brocantes dans les villes et villages de France.

Je suis un adepte des vide-greniers depuis déjà pas mal d’années en tant que vendeur, rarement en tant qu’acheteur. Il faut bien faire la distinction entre les vendeurs et les acheteurs.

 

Les vendeurs

Et bien, les vendeurs c’est vous, c’est moi, c’est les enfants avec leurs jouets et jeux en tous genres. Ces vide-greniers sont souvent festifs, ils se déroulent en principe tout les ans à la même date, dans les communes c’est souvent l’occasion de se retrouver entre amis. On y vend de tout. En effet, souvent ce que l’on ne pensait ne pas réussir à vendre intéresse quelqu’un et à contrario, ce que l’on pensait vendre facilement, nous reste sur les bras. D’ailleurs, sur nos stand, à la fin de la journée, il nous reste toujours pas mal d’articles à remballer.

Les acheteurs

Les acheteurs, c’est encore une fois, vous et moi ainsi que les collectionneurs qui viennent très tôt le matin. Certains font plusieurs vide-greniers dans la journée. Quand vient la belle saison, plusieurs vide-greniers ouvrent en même temps au seing d’une même région. (les week-ends n’étant pas extensibles)

L’après-midi, surtout si il fait beau, ce sont des promeneurs qui parcourent les vide-greniers ayant ou pas, l’intention d’acheter, c’est selon.

Des articles au sujet des vide-greniers, vous en trouverez des dizaines mais moi, pour finir cet article, j’aimerais avoir votre avis sur les prix pratiqués car, je m’insurge sur le fait que les tarifs soient beaucoup trop bas lorsque l’on est vendeur et par le fait, semble beaucoup trop élevé pour les acheteurs.

Qui à raison et qui à tord ?

Si on part du principe qu’un objet très connu et en bon état coûte neuf le prix de 80 €, à quel prix doit-on le vendre ?

Dans les vide-greniers, les vendeurs n’ont pas de charges particulières, ils vendent des produits leur appartenant d’une manière ou d’une autre : des produits qu’ils ont en double, ou des objets de famille dont ils ont hérités.

Je reprend mon exemple de prix de 80 €. Je pense que la bonne pratique est la suivante : il faut enlever 2 tiers du prix mais ne pas descendre plus bas. Il faut pouvoir vendre l’objet de 80 € dans les 25 à 28 €.

Hors, je l’ai constaté trop souvent, les acheteurs veulent l’objet pour 3 ou 5 €. D’où mon mécontentement et mon étonnement.

Vous pouvez vous exprimer et commenter cet article et principalement sur le sujet des tarifs pratiqués dans les vide-greniers.

, , ,

Pas de commentaires pour le moment.

Laisser un commentaire

odio tristique eget pulvinar sed felis libero. dolor. mi, nunc